MENU
Coupe du monde 2022

Caen et Angers prolongent le rêve, Lyon en plein cauchemar

Caen et Angers prolongent le rêve, Lyon en plein cauchemar
Angers, troisième de la Ligue 1

Semaine chargée pour notre belle Ligue 1 avec des buts et des chocs à la pelle. À part ça, Ben Arfa n’a pas fait de festival et Jimmy Briand n’a inscrit aucune bicyclette. De quoi faire oublier que Caen et Angers s’installent sur le podium.

Depuis le début de saison, trois attractions font tourner le manège de la Ligue 1. La première est un joueur de l’OGC Nice du nom d’Hatem Ben Arfa. Les deux dernières sont des équipes qu’on ne s’attendait pas à voir aussi hautes dans le classement :e SM Caen et le SCO d’Angers. Hier, la bande à Andy Delort n’a fait qu’une bouchée d’une équipe de Bordeaux sans doute amochée par la défaite d’Anfield. 4-1 à l’extérieur, face à une grosse écurie de notre championnat, ça mérite bien une place de dauphin derrière le PSG.

Suspense, où es-tu ?

Le SCO d’Angers a aussi pu goûter à cette deuxième place grâce à sa victoire contre le nouveau club de Frédéric Antonetti (2-0), samedi. Ca n’a duré qu’une soirée. En même temps, venir à bout du LOSC, c’est devenu aussi facile que dribbler Karim Rekik. Les Angevins se contenteront de la troisième place du podium. Idem pour les Lillois, si on prend le classement à l’envers.

 Sur la trône de la Ligue 1, il y a le PSG. Et avec 13 points d’avance sur son dauphin, nul doute que les hommes de Laurent Blanc n’en bougeront plus. Ou bien, il faudrait que Di Maria, Zlatan, Veratti, Motta, Thiago Silva et David Luiz se fassent les croisés en même temps. Et encore. Il resterait Blaise Matuidi. Un homme capable de gagner le championnat à lui tout seul. Fin du suspense, donc. La Ligue 1 semble promise au PSG cette année encore. Les Troyens pourront en témoigner après leur défaite de samedi, au Parc (4-1). À noter que Kevin Trapp ne s’est rendu coupable d’aucune boulette durant ce match.

Lyon n’y arrive plus

La bataille pour la deuxième place s’annonce un peu plus corsée. D’autant plus que le dauphin de l’année dernière, l’Olympique Lyonnais, a décidé de laisser une chance aux autres. C’est pourquoi les hommes d’Hubert Fournier ont complètement sombré vendredi face à Montpellier (4-2). Et ça aurait pu être pire sans la patte gauche de Rachid Ghezzal et les nombreuses parades d’Anthony Lopes. En plus des adieux à Gerland, les Lyonnais ont également fait leurs adieux à la victoire. C’est ce qu’on appelle être fair-play.
 
L’AS Monaco a failli passer devant l’OL. Heureusement pour les Gones, les Marseillais en ont eu assez dans le ventre pour aller arracher l’égalisation en fin de match (3-3). Un match fou. Mais aussi un match nul qui n’arrange personne. La bande à Michel reste bloquée en seconde partie de tableau. Les Monégasques, eux, restent à la septième place. Peinards. 

Renaissance toulousaine

Reste la bataille du maintien. La plus belle des batailles. Toulouse s’est relancé grâce à sa victoire contre l’OGC Nice (2-0) et passe de la 19ème place à la… 19ème place. « Doucement, mais sûrement », proverbe toulousain. Côté Corse, le Gazélec n’a pu faire mieux qu’un match nul face au FC Moukandjo (0-0) et reste ainsi à deux points de la zone rouge. Bastia parvient à en sortir grâce à son petit point remporté à la Beaujoire face au FC Nantes (0-0). Enfin, le Stade de Reims a stoppé l’hémorragie avec un bon match nul contre le Stade Rennais (2-2).

Les résultats de la 15ème journée »

Classement de la Ligue 1 »

Ça peut vous intéresser