MENU

Aduriz crucifie l’OM

Aduriz crucifie l’OM
Aduriz, l'unique buteur du match (Icon Sport)

Dans une rencontre plutôt fermée, l’Olympique de Marseille poursuit son chemin de croix à domicile et s’incline face à l’Athletic Bilbao 0-1. Il faudra montrer de bien meilleures intentions au match retour pour arracher la qualification.

Droit au nul. Voilà la devise de la première mi-temps de cette rencontre. Avec un nombre d’occasion proche de zéro de chaque côté – allez, 0,5 soyons généreux - il est dur de penser que les deux équipes  cherchent vraiment à prendre l’avantage. Hormis une frappe contrée de Fletcher à la 14e minute et un ballon qui flotte dans la surface mais que personne ne reprend à la 45e pour Bilbao, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Les milieux défensifs respectifs prennent largement le pas sur les créateurs des deux équipes. Les attaquants sont invisibles dans les deux camps et les supporters les plus fatigués n'ont sûrement été réveillés que par le coup de sifflet de l’arbitre pour renvoyer les 22 acteurs au vestiaire.

Bilbao se réveille, pas Marseille

Au coup de sifllet, les Olympiens tentent de repartir avec Nkoudou qui sert Alessandrini dans la surface, mais il perd un duel rugueux (46e). Sur l’action suivante, Williams échappe à Manquillo et adresse une frappe trop croisée (47e). Les visiteurs semblent plus réactifs et leur attaquant Aduriz, invisible lors du premier acte, va déclencher une frappe terrible des 30 mètres sur une bonne remise. Mandanda, trop avancé, est lobé (0-1, 54e). C’est un coup sur la tête pour les hommes de Michel qui vont manquer de concéder le break à deux reprises. D’abord par Aduriz dont la frappe est gênée par Rolando (56e), puis par Sabine Merino qui échappe à Rolando mais dont la frappe bute sur le poteau de Mandanda (57e).

Michel tente le tout pour le tout et fait entrer Batshuayi et Thauvin pour Alessandrini et Barrada, tous deux peu en réussite ce soir (59e). Le passage à deux attaquants fait du bien aux locaux qui se montrent plus dangereux. Thauvin se procure deux occasions, sur coup franc d’abord (61e), puis sur une frappe non cadrée (66e), mais c’est trop peu pour inquiéter la défense de Bilbao. Les coéquipiers de Batshuayi manqueront de se faire surprendre à la 83e sur une frappe d’Aduriz, encore lui, qui ne cadre pas cette fois-ci. Thauvin auteur d'une bonne entrée,  manque l’égalisation quelques secondes plus tard, sur une frappe contrée qui atterrit sur le poteau (84e). Le score en restera là.

L’OM signe une très mauvaise opération, mais à bien y regarder, cette équipe n’est jamais aussi bonne qu’à l’extérieur. Un gros match attend les Olympiens dans une semaine s'ils veulent sauver une saison déjà bien terne.

 

Ça peut vous intéresser