MENU
Coupe du monde 2022

Sainté, le chaudron chantant

Sainté, le chaudron chantant
Geoffroy-Guichard attend l’Euro et le retour des Anglais avec impatience (Icon Sport)

Salut les badabets ! Geoffroy Guichard pour vous servir. Je sais qu’ils vous disent tous ça mais cette-fois, vous pouvez le croire : le plus beau stade et les meilleurs supporters, c’est chez moi.

 Déjà, laissez-moi vous ôter d’un doute. Oui, mon vieux s’appelle Guichard. Mais c’est pas Daniel. J’ai été construit en 1930 sur un terrain de 40 000m² acheté par Geoffroy Guichard, fondateur des magasins Casino. A la base, j’étais un terrain omnisports livré avec tous les accessoires : piste d’athlétisme, terrain de basket, terrain de volley… Mais comme il n’y a rien de mieux que le foot, la piste d’athlé a été supprimée en 1957 afin d’augmenter la capacité des tribunes.

Ardeur, ferveur, bienvenue chez moi

Si on m’appelle le Chaudron, ce n’est pas parce que je suis un sorcier. Croyez-moi, si j’avais vraiment des pouvoirs magiques, Soderlund ne serait pas si nul. Non, si on m’appelle le Chaudron, c’est à cause de la chaude ambiance qui règne les soirs de match. Voyez plutôt :

Il faut dire qu’avec Sainté, mon club depuis toujours, j’en ai connu des moments de gloire : six Coupes de France, une Coupe de la Ligue, une finale de Coupe des clubs champions européens, des buts de Bafé Gomis… Et surtout, permettez-moi de vous rappeler qu’on est le club le plus couronné avec dix titres de champion de France. Bon, ok, le dernier remonte à 1981 mais eh, c’était pas non plus avant J.-C. Mais si "Chaudron" vous rappelle trop la vilaine sorcière dans Blanche-Neige, vous pouvez m'appeler GG. GG pour Geoffroy Guichard, hein, et pas pour Gros Gland(s) ou Gros Gigolo(s).

Comme mon collègue Bollaert, je suis un stade « à l’anglaise », c’est-à-dire qu’aucun virage ne relie les tribunes entre elles. Comme mon collègue Bollaert, je n’en suis pas à ma première grande compétition internationale. J’ai été rénové pour l’Euro 1984 et la Coupe du monde 1998, aménagé pour la Coupe du monde de rugby 2007, modernisé pour l’Euro à venir et j’ai participé à la Coupe des confédérations 2003. Mais à la différence de mon collègue Bollaert, moi, je suis en Ligue 1. Ah ah ah, coucou Bolla !

Sinon, je peux accueillir 42 000 personnes. 42 000, comme mon code postal, t'as vu. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Chez moi, on peut croiser : le défenseur Kévin Malcuit (Kévin Malcuit au Chaudron, moi, ça me fait toujours marrer) et tout un tas de supporters célèbres. Kad Merad, Muriel Robin, Youssou N’Dour, Mickey 3D, Bernard Lavilliers, Difool, Bruno Solo, Yannick Noah, Michel Drucker… C’est pire que Gala, t’as vu. Et y’a même Bernard Pivot. Si ça, c’est pas la classe.

On a pu voir : un clip de rap tourné sur mon gazon naturel. Prends ça, Bollaert. Ça envoie quand même plus que tes Corons.

Mais aussi de nombreux concerts : Bruce Springsteen, le 25 juin 1985 dans le cadre de son Born in the USA Tour, Johnny je-fais-la-tournée-des-stades Hallyday, le 22 juillet 2003 et The Police, le 10 juin 2008. Et oui, je suis comme ça. J’aime la musique, j’aime quand ça chante.

Un match mémorable : 19 juin 1984. Alors que Blaise Pascal aurait pu fêter ses 361 ans s’il n’était pas mort en 1662 et que l’époque est au barbecue, tout le monde s’est réuni dans mon enceinte pour vivre France – Yougoslavie, ultime match du premier tour de l’Euro pour les Bleus. Comme quoi, le cœur a vraiment ses raisons que la raison ne connaît point.

Mais ces gens-là ont eu du nez. Platini, que j’ai côtoyé entre 1979 et 1982 avant qu’il ne me quitte pour le stadio de la Juve (Michel, si tu me lis, je t’en veux toujours), offre un récital à faire pâlir Liszt et consorts. Malgré deux victoires face au Danemark (1-0) et la Belgique (5-0), les joueurs de Michel Hidalgo sont menés 1-0 à la mi-temps. Mais c’est sans compter sur le triplé du Ballon d’or 1983. Un tir du gauche, une tête plongeante et un coup-franc du droit plus tard, les Bleus ont pris l’avantage et la réduction du score de la Yougoslavie sur pénalty n'y changera rien (3-2, score final). Invaincue, la France remportera l'Euro aux dépens de l'Espagne (2-0) et Michel Platini terminera meilleur buteur avec 9 réalisations. Boum, bébé.

Les affiches à venir :

Mardi 14 juin, à 21 heures : Portugal-Islande

Vendredi 17 juin, à 18 heures : République tchèque-Croatie

Lundi 20 juin, à 21 heures : Slovaquie-Angleterre

Samedi 25 juin, à 15 heures : huitième de finale entre le 2ème du groupe A et le 2ème du groupe C

P.S. : Filles, chinchillas, supporters de l'OL, j'accepte tout le monde, même les inconditionnels d'Hugues Aufray.

Ça peut vous intéresser