MENU
Coupe du monde 2022

Souviens-toi... L'Euro 1980

Souviens-toi... L'Euro 1980
Joie de Horst Hrubesch (Icon Sport)

Souviens toi de l'haletante finale de l’Euro 1980 entre l’Allemagne de l’Ouest et la Belgique. Les deux pays voisins se sont livré une belle bataille avec du suspens, mais comme le dira ce bon vieux Garry Linker quelques années plus tard, «Le football est un jeu simple, 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et, à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent».

L'Allemagne encore en finale, une première pour la Belgique

Quatre ans après le sacre de la Tchécoslovaquie à Belgrade, la sixième édition du Championnat d'Europe des Nations a vu pour pays d'accueil l'Italie dont l'équipe emmenée par le grand Dino Zoff faisait partie des favoris. Finaliste malheureuse en 1976, l'Allemagne de l'Ouest prend sa revanche sur la Tchécoslovaquie dès le premier match de poule en l'emportant sur la plus petite des marges grâce à un but de Rummeningge. Dominant ensuite la Croatie (3-2) et après un match nul et vierge face à la Grèce, les Allemands finissent premiers de leur poule avec 5 points devant leurs bourreaux Tchécoslovaques. Dans l'autre poule, la Belgique, l'Italie, l'Angleterre et l'Espagne s'affrontent dans un groupe des plus homogènes. Après un premier match nul face à l'Angleterre (1-1), la Belgique parvient à prendre le dessus face à l'Espagne grâce à des buts d'Eric Gerets et Julien Cools contre une réalisation de Quini du côté espagnol. Pour la troisième et dernière rencontre de ce groupe B, la Belgique de Guy Thys doit affronter l'Italie, tombeuse de l'Angleterre (1-0) et qui a fait un nul contre l'Espagne (0-0). Cette sorte de demi-finale n'accouche au final que d'un 0-0 qui permet à la Belgique de se qualifier pour sa première finale de compétition officielle de son histoire aux dépens de l'Italie grâce au nombre de buts marqué.

Hrubesch ce héros

Devant plus de 47 000 spectateurs, Belges et Allemands pénètrent sur la pelouse du Stadio Olimpico de Rome. Positionné dans un 4-4-2 des plus classiques, les Diables Rouges doivent faire face au 5-2-1-2 innovent et très compact concocté par Joseph Derwall. Et dès le coup d'envoi, le bloc allemand se montre omniprésent, l'apport offensif des deux latéraux créé un véritable sur-nombre et très logiquement, c'est la Mannschaft qui ouvre le score au bout de dix minutes de jeu seulement. Après un petit festival aux vingt-cinq mètres, Bernd Schuster adresse une balle piquée qui élimine les deux centraux. Horst Hrubesch contrôle de la poitrine, et enchaîne avec une demi-volée puissante dont le rebond surprend Jean-Marie Pfaff (10e). Quelques minutes plus tard le portier belge réalise une parade spectaculaire sur une cachou des familles du génialissime Klaus Allofs qu'il détourne en corner.

Un penalty belge litigieux mais l'Allemagne sait gagner quand même

Ce sera tout pour la première mi-temps qui retombe en intensité et en seconde période, les Belges reprennent la possession du ballon et sur une de ses nombreuses accélérations, Jan Ceulemans se fait faucher à la limite de la surface de réparation par Karl-Heinz Föster (74e). L'arbitre roumain de ce match, Nicolae Rainea siffle toutefois un penalty que René Vandereycken va transformer d'une frappe rasante sur la droite qui prend à contre-pied Harald Schumacher. La Belgique reprend l'espoir et continue à dominer sans réussir à se montrer dangereux mis à part une lourde frappe de Van Moer bien détournée et ce qui devait arriver arriva. À deux minutes de la fin du temps réglementaire, Allofs enroule parfaitement son corner pour Horst Hrubesch qui reprend de la tête pour propulser le ballon dans la lucarne opposée. L'Allemagne est ainsi sacrée championne d'Europe pour la deuxième fois de son histoire aux dépens de Diables Rouges accrocheurs mais pas assez offensifs pour inquiéter réellement les coéquipiers d'un Hrubesch auteur d'un doublé et de Klos Allofs qui lui aura distribué deux caviars. Et maintenant, tu te souviens ?

Ça peut vous intéresser