MENU
Coupe du monde 2022

Un jour, un Bleu : ce qu'il faut savoir sur André-Pierre Gignac

Un jour, un Bleu : ce qu'il faut savoir sur André-Pierre Gignac
André-Pierre Gignac, attaquant de équipe de France (Icon sport)

Ils seront 23 pendant l’Euro à défendre les couleurs bleu-blanc-rouge sur les terrains français. Alors que Didier Deschamps s’est chargé du casting, notre rédaction s’occupe des portraits au cas par cas, au jour le jour. Après Kingsley Coman hier, un triomphe d’applaudissement pour le plus mexicain des revenants : André-Pierre Gignac.

Dès demain, retrouvez Un jour, un Bleu avec N’Golo Kanté.

Ce que tout le monde sait de lui

Si certains ont oublié que Gignac a fait ses débuts professionnels en Ligue 2 en 2004 avec Lorient et que d’autres ne gardent que très peu de souvenirs de sa belle épopée toulousaine, tous, sans exception, se souviennent très bien de ses cinq années passées à l’OM. Il faut dire que pour le natif de Martigues, Marseille, c’était un rêve de gosse devenu réalité même si ce rêve a parfois un peu viré au cauchemar.

Lorsqu’il rejoint le club phocéen en 2010, APG termine la saison meilleur buteur du club avec 12 buts en 37 rencontres. Alors qu’on pense qu’il va doucement monter en puissance en 2011, Gignac connaît la pire saison de sa carrière. Entre une hygiène de vie qui ne semble pas adaptée à un joueur professionnel, ses problèmes de poids, les railleries de la presse et des supporters, des blessures récurrentes et sa relation compliquée avec son entraîneur de l’époque - qui n’est autre que Didier Deschamps -, l’ancien Lorientais perd pied. Mais la saison suivante, DD part et Dédé renaît. Pièce maîtresse du système d’Elie Baup, il vire boulimique du but et termine meilleur buteur du club lors des deux saisons suivantes. En 2014-2015, il inscrit dix buts lors des dix premières rencontres réalisant le meilleur début de saison d’un attaquant de Ligue 1 depuis Trezeguet et ses huit buts à Monaco en 1999-2000. David en profite d’ailleurs pour vous rappeler qu’il n’a jamais porté le numéro 13 et a toujours préféré les filles.

Ce que seuls les pros connaissent sur lui

Maintenant qu’il a disparu des radars, Madame Truc l’a oublié. Ben ouais, déjà qu’elle s’en tamponne le coquillard de son championnat français, c’est pas pour suivre la première division mexicaine où APG évolue depuis l’été dernier avec les Tigres. Et bien laissez-nous vous dire que vous avez tort Madame Truc, parce que notre ancien Marseillais a réalisé une première saison exceptionnelle et est devenu une véritable star au Mexique. A peine débarqué, le Français fait son petit effet. La preuve : un enfant né le 2 juillet (soit moins d’un mois après l'arrivée du Français) a été enregistré au nom d’Andre Gignac Quisitan Palomo. Ils sont fous ces Mexicains... Est-ce qu'on appelle nos gamins Zlatan, nous ?

Meilleur buteur du championnat qui a vu Chicharito faire ses débuts, l’ancien Marseillais est aujourd’hui le premier joueur français évoluant hors de l’Europe à être appelé en sélection nationale. Et qui a décidé de lui donner cette chance ? Didier Deschamps. Comme quoi tout arrive.

L’info pas très utile

Celui qui est né en 17 après le Big Mac a appelé son fils aîné André-Pierre « Junior ». L’histoire ne dit pas si son fils l’aime toujours ou non.

Ce qu’il préférerait qu’on ne sache pas

Touché par des problèmes de poids il y a quelques années (normal quand on fête les arrivées à l’aéroport avec un kebab ou un McDo), Dédé a subi les moqueries de la presse et des supporters. Les Parisiens ont même composé une petite chanson à son honneur intitulée « Un big mac pour Gignac ». C’est con, l’intéressé est plutôt nuggets.

Ce qui sera bientôt vrai le concernant

Olivier Giroud inefficace en pointe pendant tous les matches de poule, DD fait entrer Dédé en pointe à partir des quarts. Dédé dégaine et s’amuse. Dix buts plus tard, il surclasse Michel Platini et pose devant les photographes avec la Coupe dans une main et un Big Mac dans l’autre. 

L’info pas tout à fait exacte

Alors joueur de Pau, l’attaquant martégal a un petit rituel : dans le bus après les matches, il dégaine le sauciflard et le canif’. Ah non, ça, c’est vrai !

A lire également:

Le portrait d'Antoine Griezmann
Le portrait de Steve Mandanda
Le portrait de Laurent Koscielny
Le portrait de Jérémy Mathieu
Le portrait de Paul Pogba
Le portrait d'Eliaquim Mangala
Le portrait de Moussa Sissoko
Le portrait de Lucas Digne
Le portrait de Christophe Jallet
Le portrait d'Olivier Giroud
Le portrait de Benoit Costil
Le portrait de Patrice Evra
Le portrait de Kingsley Coman

Ça peut vous intéresser