Coupe du monde 2022

L'Ukraine a son mot à dire

L'Ukraine a son mot à dire
Yarmolenko (Ukraine) du Nord)

Après sa défaite contre l'Allemagne, l'Ukraine est dos au mur et doit impérativement s'imposer contre l'Irlande du Nord pour rester en vie. Auteurs d'une bonne prestation contre la Mannschaft, les joueurs de Mykhaylo Fomenko ont les armes pour sortir de ce groupe.

Une première mi-temps référence : 

Dimanche dernier, l'Ukraine défiait le champion du monde en titre : l'Allemagne. Auteurs d'une très bonne première période durant laquelle ils ont plus que tenu tête à Ozil & co, ils auraient même pu revenir avec l'avantage à la mi-temps si Neuer n'avait pas mutiplié les parades décisives. Emmenée par le duo Yarmolenko-Konoplyanka, l'Ukraine a eu maintes et maintes fois l'occasion de prendre les devants. Ce premier acte était un régal pour tous fans de football, du rythme, de l'intensité, de la précision et beaucoup d'occasions, un cocktail parfait où seul les buts manquaient côté ukrainien. Avec 7 frappes dont 4 ammenant à des énormes occasions, elle a eu les occasions de faire plier son adversaire.


Attention à la défense : 

A vouloir jouer rapidement les coups vers l'avant, l'Ukraine s'est fait très peur derrière. Il est certain que le point fort de l'Ukraine est son attaque, du côté de la défense, les grands noms ne se bousculent pas à la porte. Longtemps maintenu en vie par son gardien, Andry Piatov capable du pire comme du meilleur, elle a tenu le choc croyant à l'égalisation jusqu'au second but allemand dans le temps additionnel. 

La stat' : Les coéquipiers de Yarmolenko ont concédé 19 frappes durant la rencontre. Un chiffre qui résume parfaitement les errements défensifs de la sélection ukrainienne tout au long de la rencontre. 


Son prochain adversaire : 

Vous l'aurez compris, l'Ukraine n'a plus le droit à l'erreur après avoir perdu contre la plus grosse écurire de sa poule. Il reste 2 rencontres contre l'Irlande du Nord aujourd'hui puis contre la Pologne mardi prochain. En ce qui concerne sa rencontre de 18 heures, la sélection de Fomenko devra faire la différence contre une équipe qui joue énormément sur sa défense. Avec une base de 5 défenseurs, on connait d'ores et déjà l'objectif des Nord-Irlandais qui risquent de nous offrir la même prestation que contre la Pologne. A savoir jouer avec un bloc très bas et placer des contres. A ce petit jeu là, ils avaient fini par craquer et avait été largement dominée par une Pologne entreprenante. 
En cette fin d'après-midi se sera autour de l'Ukraine de se confronter à ce mur verts pour revenir dans la course à la qualification. 


Ça peut vous intéresser