MENU
Coupe du monde 2022

GROUPE C : Australie-Pérou pour les nuls

GROUPE C : Australie-Pérou pour les nuls
Australie-Pérou / Coupe du Monde 2018 (Iconsport)

Match 38/64. Cette fois, l'Australie joue gros. Maintenus en vie grâce à leur point glané contre le Danemark, les partenaires de Mile Jedinak peuvent rallier à coup sûr les huitièmes de finale à deux conditions seulement : battre le Pérou - si possible de deux buts - et compter sur une victoire française contre le Danemark. Pas impossible quand on y réfléchit bien. Allez, suivez le guide, vous connaissez le chemin à force !

POUR VOUS ÉCHAUFFER, UN ŒIL DANS LE RÉTRO :

Le parcours de l’Australie : Accrocheuse, l’Australie attaque le Mondial et impose un vrai combat aux ultra-favoris que sont les Bleus. Ces derniers ne s’en tirent que grâce à un but contre-son-camp très heureux sur un tir dévié de Paul Pogba (2-1). Montée en puissance annoncée : les Socceroos font des misères au Danemark mais ils pêchent encore et toujours dans le dernier geste. Cette fois, ils sont quand même récompensés avec le point du nul dans un duel qui devait leur revenir (1-1). Mais c’est grâce à ce résultat que les Aussies ont un ENORME coup à jouer cet après-midi.

Pour aller plus loin :

Le résumé honnête de France-Australie (relire)

Le résumé honnête de Danemark-Australie (relire)

Le parcours du Pérou : Ils nous avaient promis monts et merveilles et finalement ils ont craqué aux deux premiers cols. Les Péruviens ont cédé contre le Danemark (1-0) et la France (1-0). Toujours en parvenant à faire déjouer l’adversaire mais constamment en manquant de force devant. Résultat des courses : le Pérou est la seule nation du groupe C qui jouera pour l’honneur cet après-midi.

Pour aller plus loin :

Le résumé honnête de Pérou-Danemark (relire)

Le résumé honnête de France-Pérou (relire

ON EN EST OÙ DU COUP AVANT LA 3ÈME JOURNÉE ?

 AUSTRALIE-PÉROU , ÇA RACONTE QUOI ALORS ?

Qu’est-ce qui est le plus puissant : la volonté de sauver l’honneur ou le désir farouche de retrouver les huitièmes de finale 12 ans après un vol légendaire contre l’Italie en Allemagne ? En d’autres termes : le Pérou va souhaiter ne pas finir avec une bulle façon Egypte alors que l’Australie va jouer son avenir et une partie de son histoire. Sur le papier, il y a humainement et psychologiquement pas photo. On ne voit pas comment les Aussies pourraient manquer de motivation. Vu ce qu’a produit une équipe éliminée comme l’était l’Egypte hier en revanche (contre l’Arabie Saoudite, défaite 2-1), on peut avoir de sérieux doutes sur l’implication péruvienne à venir. 

 LES ENJEUX COTÉ AUSTRALIE 

La victoire. La victoire ou la chute. Il n’y a pas mille calculs à faire pour l’Australie : elle doit s’imposer. Elle pourrait alors compter 4 points dans cette poule. Le truc, c’est qu’elle doit aussi supporter comme une morte de faim son bourreau du premier match : l’équipe de France. Eh oui, les hommes de Bert van Marwijk ne peuvent rien espérer si le Danemark ne perd pas dans le même temps à Moscou contre les Bleus. La bonne nouvelle c’est qu’un petit 1-0 sur un but des fesses d’Aaron Mooy couplé à un 1-0 bien minimaliste en faveur de la France contre les Danois suffirait aux Australiens pour coiffer les Scandinaves au motif d’une meilleur attaque. Open ! 

 LES ENJEUX COTÉ PÉROU 

Sauver l’honneur. Gagner. Prendre un point. Donner du plaisir. Guère plus hélas.

UN NOM DE JOUEUR AUSTRALIEN À PLACER DANS UNE CONVERSATION : Aaron Mooy

Le Tony Chapron australien – au moins pour le look – c’est le grand patron de l’équipe australienne depuis le début de ce Mondial. Un harceleur de tous les instants au milieu de terrain, pire qu’un mec bourré en boite. Faut dire que Mooy, il vient de passer le plus clair de son temps en club à se battre comme un chien. Il joue à Huddersfield en Premier League et pour maintenir le Petit Poucet du championnat, oui, il a fallu donner quelques coups d’épaule. Et quand on a joué des Manchester City et des Arsenal pendant plusieurs mois, ce n’est quand même pas le Pérou qui a de quoi faire peur, hein ? Aaron-aldo ! 

UN NOM DE JOUEUR RUSSE À PLACER DANS UNE CONVERSATION : Jefferson Farfan

Papy Farfan est comme le reste du secteur offensif péruvien : il est en train de rater son Mondial, tout simplement. L’ex-feu-follet de Gelsenkirchen aux coups de rein ravageurs et à l’accélération d’un dragster (pas Julian) n’a pas trouvé le chemin des filets. 0 but inscrit dans cette Coupe du monde ! Qui fait pire ? Ah oui, le Costa Rica ! Belle référence. Farfan, tu fais ce que tu veux mon grand, tu continues à mettre des taquets si tu veux mais MARQUE ! Quitte à perdre 6-1…

CE TWEET PEUT VOUS FAIRE BRILLER EN SOCIÉTÉ :

Quand José parle, on se tait et on écoute...

ON A FLAIRÉ LES 11 DE DÉPART PROBABLES :

Australie (4-2-3-1) : Ryan – Risdon, Sainsbury, Milligan, Behich – Jedinak, Mooy – Leckie, Rogic, Kruse – Juric

Pérou (4-2-3-1) : Gallese – Advincula, C. Ramos, Santamaria, Trauco – Tapia, Yotun – Carrillo, Cueva, Flores – Guerrero

LES PRÉVISIONS MÉTÉO DE NOS PARTENAIRES DE CÔTÉ MÉTÉO (www.cotemeteo.fr) :

  

A SUIVRE EGALEMENT DANS CE GROUPE A : 

DANEMARK-FRANCE, LE DIRECT LIVE : ICI 

Ça peut vous intéresser