MENU
Coupe du monde 2022

GROUPE E : Suisse-Costa Rica pour les nuls

GROUPE E : Suisse-Costa Rica pour les nuls
La Nati va-t-elle réitérer son exploit et arracher la qualification ? - Iconsport

Match 44/64. Dernier match de la phase de poules pour le groupe E. La Suisse a déjà un pied en huitièmes et le Costa Rica est d’ores et déjà éliminé. Outre la présence de deux très bons gardiens sur le terrain, ce match vaut le coup d’œil. On vous dit pourquoi juste en-dessous !

POUR VOUS ÉCHAUFFER, UN ŒIL DANS LE RÉTRO : 

Le parcours de la Suisse : Avec un nul (1-1) face au Brésil et une victoire (2-1) contre la Serbie, les joueurs de Vladimir Petkovic totalisent quatre points et pointent à la deuxième place du classement provisoire.

Pour aller plus loin :

Le résumé honnête de Brésil-Suisse (Relire)

Le résumé honnête de Serbie-Suisse (Relire)

Le parcours du Costa Rica : Avec deux défaites en deux matches et zéro but inscrit, le Costa Rica est bon dernier du groupe. Malgré la présence dans ses rangs du triple vainqueur de la Ligue des champions, Keylor Navas, la sélection costaricienne n’a pratiquement rien montré depuis le début du Mondial. Il y a quatre ans, pourtant, les Ticos avaient atteint les quarts de finale au Brésil avant de s’incliner aux tirs au but face aux Pays-Bas (0-0, 4 t.a.b. à 3).

Pour aller plus loin

Le résumé honnête de Costa Rica-Serbie (Relire)

Le résumé honnête de Brésil-Costa Rica (Relire)

ON EN EST OÙ DU COUP AVANT LA 3ÈME JOURNÉE ?


 SUISSE-COSTA RICA , ÇA RACONTE QUOI ALORS ?

Suisse-Costa Rica, c’est avant tout un match capital pour la Nati talonnée par la Serbie. On vous en dit plus dans le paragraphe suivant.

Suisse-Costa Rica, c’est aussi la deuxième rencontre du Mondial 2018 qui va être arbitrée par le Français Clément Turpin.

Mais Suisse-Costa Rica, c’est surtout l’occasion de s’enfiler des kilos de Toblerone tout en avalant des litres de Guaro, un rhum doux dérivé du sucre de canne, boisson nationale du Costa Rica.  

 LES ENJEUX COTÉ SUISSE

Ce match face au Costa Rica est l’occasion pour la Nati d’assurer sa deuxième place voire de décrocher la première en cas de défaite du Brésil face à la Serbie. Mais si l’Allemagne se classe deuxième du groupe F derrière le Mexique, nul doute que le vainqueur du groupe E ne se réjouira pas longtemps de la première place. Qui voudrait se frotter à ce diable de Toni Kroos dès les huitièmes de finale ? Les Suisses auront peut-être comme consigne de se satisfaire d’une victoire sur la plus petite des marges. Bon après, on vous dit ça mais on n’est pas dans les vestiaires avec Vladimir.

En revanche, si la Nati perdait et que la Serbie battait le Brésil dans le même temps, elle pourrait dire adieu aux huitièmes. Ceci dit, avec des si on referait jouer Alexander Frei et il terminerait meilleur buteur du Mondial.

 LES ENJEUX COTÉ COSTA RICA

Une qualification en huitièmes, déjà, c’est cramé. Une première victoire lors de ce Mondial 2018, alors ? Cela semble compromis. Disons simplement inscrire un but histoire de ne pas rentrer complètement bredouille. Cela ferait sans doute grand plaisir à tous les Costariciens et toutes les Costariciennes. On leur passe le bonjour d’ailleurs.

UN NOM DE JOUEUR SUISSE À PLACER DANS UNE CONVERSATION : Xherdan SHAQIRI

Ne vous fiez pas à sa petite taille. Du haut de son mètre 69, Xherdan Shaqiri est un redoutable milieu de terrain. D’origine kosovare, il joue pour la sélection nationale suisse depuis ses 18 ans. A 26 ans, il vit sa deuxième Coupe du monde. En 2014, au Brésil, il inscrit un triplé historique face au Honduras et propulse son équipe en huitièmes de finale. En Russie, face à la Serbie, il marque le but de la victoire à la 90e tout seul comme un grand face à un défenseur et au gardien serbe. Sa célébration avec Granit Xhaka (ils ont mimé avec leurs mains l’aigle du drapeau albanais) a fait polémique à cause des tensions existant entre la Serbie et le Kosovo, un pays majoritairement albanais, dont sont originaires les deux joueurs. En effet, la Serbie refuse de reconnaitre l’indépendance du Kosovo.

UN NOM DE JOUEUR COSTARICIEN À PLACER DANS UNE CONVERSATION : Keylor NAVAS

A 31 ans, le portier costaricien joue lui aussi sa deuxième Coupe du monde. En 2014, il avait brillé sous le soleil brésilien ne concédant qu’un but en phase de poule et réalisant une performance spectaculaire face à la Grèce en huitièmes (1-1, 5 t.a.b à 3). C’est lui qui a offert la qualification aux siens en arrêtant le penalty de Gekas lors de la séance de tirs au but. Triple vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid (2016, 2017 et 2018), Navas fait partie des meilleurs gardiens au monde. Mais les Ticos étant déjà éliminés du Mondial 2018, on ne peut hélas plus lui demander de réaliser un exploit.

CE TWEET PEUT VOUS FAIRE BRILLER EN SOCIÉTÉ :

Et ce serait ENFIN une bonne raison pour Neymar de se rouler par terre.

ON A FLAIRÉ LES 11 DE DÉPART PROBABLES :

Suisse (4-2-3-1) : Sommer – Lichtsteiner, Schär, Akanji, Rodriguez – Behrami, Xhaka – Shaqiri, Dzemaili, Zuber – Gavranovic.

Costa Rica (5-4-1) : Navas – Gamboa, Acosta, Gonzalez, Waston, Oviedo – Venegas, Borges, Guzman, Ruiz – Urena.

LES PRÉVISIONS MÉTÉO DE NOS PARTENAIRES DE CÔTÉ MÉTÉO (www.cotemeteo.fr) :

A SUIVRE EGALEMENT DANS CE GROUPE E : 

SERBIE-BRESIL, LE DIRECT LIVE (20H) : ICI

Ça peut vous intéresser