MENU
Coupe du monde 2022

La malédiction du champion sortant achève l’Allemagne

La malédiction du champion sortant achève l’Allemagne
Consternation chez Gomez et Hummels / Iconsport

C’est un coup de tonnerre, un séisme, un tsunami : choisissez le superlatif qui vous convient. L’Allemagne, championne du monde en titre, est éliminée de la Coupe du monde 2018 après sa défaite surprise contre la Corée du Sud (2-0). Considérée comme grande favorite, la nation aux quatre titres mondiaux tombe de très très haut.

Le coup de pétard de Toni Kroos contre la Suède (2-1) pour une victoire à l’arrachée dans les dernières secondes avait semble-t-il relancé la Mannschaft samedi soir. Il aurait dû être un coup de fouet fondateur et aurait dû marquer le retour flamboyant d’une sélection aux talents fabuleux. Alors qu’elle était donnée favorite aux côtés de l’Espagne et du Brésil il y a de cela quelques semaines seulement, cette Allemagne brièvement revenue à la vie a désormais les deux pieds dans la tombe dans ce Mondial 2018. Et cette fois-ci, c’est définitif.

Il est vrai que malgré son parcours écrasant en éliminatoires (dix victoires en autant de sorties), l’Allemagne avait donné des signes de faiblesse avant cette Coupe du monde. Les sifflets de son public au sortir d’une victoire compliquée contre l’Arabie Saoudite en préparation, le revers de mars contre le Brésil (0-1), la défaite plus récente en Autriche (2-1)... Autant d’éléments qui laissaient à penser sans toutefois trop y croire que la Mannschaft était destinée à une sortie de route aussi brutale que celle qu'elle a vécu ces dix derniers jours en Russie. Mais le sort aura constamment étouffé le champion du monde. Pourtant, les hommes de Joachim Löw peuvent aussi s’en vouloir. Dire qu’ils ont outrageusement dominé la Corée du Sud cet après-midi serait l’euphémisme d’un euphémisme. 74% de possession, des passes à la pelle, une moyenne d’un tir toutes les trois minutes environ (pour un total de 28 tentatives sur le but de l'excellent Jo). Les Asiatiques devaient perdre. Sans doute perdraient-ils ce match – peut-être même largement - s’ils devaient le rejouer demain. Le fait est qu'ils l'ont gagné.

La rançon de la gloire se paie très cher

Les tentatives ont été nombreuses, innombrables, ce serait une perte de temps de toutes vous les compter. La Mannschaft a souvent buté sur l’énorme portier sud-coréen, auteur de parades somptueuses notamment sur des têtes de Goretzka puis Gomez en 2ème période. Et tandis que la Suède s’envolait au score à Ekaterinbourg (3-0 contre le Mexique), l’Allemagne ne pouvait plus se contenter de son 0-0 : il fallait désormais gagner. Un but aurait suffi : il aurait envoyé le Mexique au tapis. Mais il n’est jamais venu. C’est au contraire la Corée du Sud qui marquait sur une remise en jeu involontaire d’un Allemand sur Kim qui trompait Neuer de près. Ce même Neuer qui avait déserté ses cages sur le contre ultime conclu par Heung Min Son quelques instants plus tard pour le break fatal.

Il n’y a guère de hasard dans le football. L’Allemagne était à un petit but de poursuivre son rêve mais ce dernier n’est donc jamais venu. Comme la France face au Danemark en 2002 (2-0), l’Italie devant la Slovaquie en 2010 (3-2) et l’Espagne contre le Chili il y a quatre ans (2-0), les partenaires de Timo Werner n’ont pas réussi à remporter leur match décisif. À force, cela veut forcément dire quelque chose. Les champions du monde sortants, lorsqu’ils abordent le Mondial qui suit, se retrouvent dans des dispositions psychologiques usantes et pesantes. Cela coûte en énergie morale d’aller chercher un titre mondial et il semble impossible à l’heure actuelle au roi posé sur son trône d’aller puiser ce dont il a besoin pour garder sa couronne. L’usure psychologique par les voies – aussi – d’une forme de suffisance inexpugnable aura eu raison de cette Allemagne qui en 18 participations à la Coupe du monde n’avait jamais manqué le second tour. La formation qui soulèvera le trophée suprême le 15 juillet prochain à Moscou – quelle qu’elle soit – va indiscutablement basculer dans la liesse ultime. Mais elle va également entrer dans le sombre tunnel des maudits. Il est désormais évident que dans un Mondial la rançon de la gloire se paie cher. Très cher.

Le résumé en vidéo

REVIVEZ NOTRE DIRECT COMMENTÉ

LES NOTES DU MATCH

Ça peut vous intéresser