MENU
Coupe du monde 2022

TOP 5 des pires finales de Coupe du monde de l'histoire

À quelques jours de la finale tant attendue entre la France et la Croatie, petit retour dans le passé pour se remémorer les plus grandes purges des finales de Coupe du monde. Si ce classement est forcement subjectif, on espère ne pas vivre une finale du même acabit dimanche.

1) 1994 : Bresil-Italie (0-0 a.p, 3 à 2 aux t.a.b.) :

Cette finale de la Coupe du Monde 1994, disputée aux Etats-Unis, ne tient pas toutes ses promesses. Le Brésil, vainqueur de trois Coupes du Monde affronte l'Italie, également vainqueur à trois reprises du titre suprême. Dans le temps réglementaire, le jeu est assez fermé et les Brésiliens bien que légèrement dominateurs ne parviennent pas à trouver la faille dans la défense transalpine. La décision se fait aux tirs aux buts. Il s'agit de la première finale de la Coupe du Monde à se jouer aux tirs aux buts. Le premier tireur de chaque équipe échoue, à savoir Baresi et Marcio Santos. Par la suite, les deuxièmes et troisièmes tireurs marquent leur penalty. C'est alors le tour de Daniele Massaro qui échoue avant que Dunga assure son tir. Roberto Baggio, le cinquième tireur italien, a une énorme pression. Il tire largement par-dessus le cadre et cette image fait le tour du monde. Baggio a pourtant mené son équipe jusqu'en finale, mais n'a pas pu lui permettre d'obtenir le Graal. Le Brésil remporte sa quatrième Coupe du Monde.

2) 1990 : Allemagne-Argentine (1-0) :

En finale de la Coupe du monde en Italie, Allemands et Argentins s'affrontent pour la revanche de 1986. L'Argentine vient de sortir l'Italie au stade San Paolo de Naples, qui a plutôt soutenu Maradona que la Squadra Azzurra. Le public du stade olympique de Roma se venge et déverse toute sa haine de l'artiste napolitain lors de l'hymne argentin en finale. Ce triste spectacle précède une finale fermée, rugueuse, ennuyeuse. L’Allemagne domine, l’Argentine plie, mais ne rompt pas. Jusqu’à l’exclusion de Monzón à la 65 minute. Mais le tournant du match est à la 85e minute, quand l’arbitre siffle un penalty très litigieux sur Völler. Andreas Brehme ne tremble pas et offre le troisième titre de champion du monde à l’Allemagne.

3) 2010 : Espagne-Pays Bas (1-0 a.p) :

La finale de la Coupe du Monde 2010 oppose l'Espagne aux Pays-Bas. Ces deux nations n'ont jamais gagné le titre mondial. Dès les premières minutes, l'Espagne cherche à mettre en place son jeu de possession. Les joueurs bataves répondent avec une agressivité excessive, à l’image de De Jong qui donne un violent coup de pied dans la poitrine de Xabi Alonso sans être expulsé. Le match devient fermé et le score est toujours nul et vierge à la mi-temps. En seconde mi-temps, Robben manque une superbe occasion d'ouvrir le score à l'heure de jeu en buttant sur Casillas. Le score est toujours de 0 à 0 après le temps réglementaire. À la 109ème minute, Heitinga est logiquement expulsé pour un deuxième carton jaune. C'est finalement Iniesta qui va délivrer l'Espagne en exploitant à merveille une passe de Fabregas à la 116ème minute. L'Espagne remporte ainsi sa première Coupe du Monde.

4) 2014 : Allemagne-Argentine (1-0 a.p) :

La dernière finale de la Coupe du monde opposait l’Allemagne, grande favorite après avoir humilié le Brésil à domicile (7-1) et l’Argentine de Lionel Messi. Après un début match à la faveur de la sélection allemande, la première véritable occasion du match est argentine. Lavezzi centre à destination d’Higuain qui ajuste Neuer. Le buteur explose de joie, ne s'apercevant pas que le juge de touche a levé son drapeau pour signaler un hors-jeu. 0-0 à la mi-temps. Au retour des vestiaires, Messi ajuste une frappe qui est légèrement trop croisée pour ouvrir le score. La seconde mi-temps ne permet finalement pas à l'une des deux équipes de forcer la décision. Durant les prolongations, les Argentins ont eu une nouvelle fois une immense opportunité, mais Palacio manque son lob. Finalement, à la 113ème minute, Schürrle s'engouffre dans la défense argentine et centre à destination de Götze qui réalise un superbe enchaînement amorti de la poitrine-frappe qui va se loger dans le petit filet argentin. Les dernières minutes de la partie ne changent rien. La Mannschaft décroche ainsi sa quatrième étoile.

5) 2006 : France-Italie (1-1 a.p, 3 à 5 aux t.a.b) :

Cette finale de la Coupe du Monde 2006 oppose l'Italie à la France. Le début de match démarre fort. À la 7e minute, Malouda obtient un penalty. Zidane se charge de la transformation et se permet une panenka qui heurte la transversale et mais qui tombe derrière la ligne de Buffon. La France mène 1-0. Les tricolores ne garderont pas longtemps cet avantage puisque les Italiens répliquent sur une corner. Materazzi s'élève très haut et place un coup de tête imparable pour Barthez. Au cours de la seconde mi-temps, les deux formations se procurent peu d'occasions et l'issue logique est les prolongations. À la 104e minute, Zidane place une tête, mais Buffon réalise une parade de grande classe. Mais à dix minutes du terme des prolongations, Zidane est exclu par l'arbitre Horacio Elizondo. Le ralenti est sans appel : Zidane a donné un coup de tête à Materazzi. Les équipes ne s'étant pas départagées, la cruelle séance des tirs au but décidera du vainqueur. Trezeguet, deuxième tireur pour les Français, rate son essai. Les Italiens sont adroits. Grosso est le dernier tireur italien. Il ne tremble pas et marque. L'Italie est championne du monde, pour la quatrième fois de son histoire.

 

Ça peut vous intéresser